Détail

Réseau des plateformes de concertation dans le domaine de l'eau en Suisse. Il s'agit souvent de groupes de travail ou de commissions au sein d'organisations plus importantes. (Graphique : Fischer et al.)

Qui tire les ficelles dans le réseau des plateformes du domaine de l'eau ?

9 octobre 2017,

Qu'il s'agisse de l'Association pour l'aménagement des eaux (ASAE / SWV), de l'Agenda 21 pour l'eau, de l'Association des professionnels de la protection des eaux (VSA) ou de la Société suisse de l'industrie du gaz et de l'eau (SSIGE) : selon une étude des spécialistes de sciences sociales de l'environnement de l'Eawag, la Suisse dispose de 23 plateformes de concertation différentes dédiées aux questions liées à l'eau. Plus de la moitié de leurs membres viennent du secteur privé, un tiers des administrations publiques et dix pour cent du milieu scientifique. La plupart des acteurs privés ne sont cependant impliqués que dans un petit nombre de ces structures et sont donc assez peu connectés entre eux. Les administrations cantonales et fédérales jouent au contraire un rôle décisif. Elles participent souvent à plusieurs plateformes à la fois et sont en contact avec une grande diversité d'acteurs. Il leur revient de ce fait une fonction de coordination. Le premier en tête est l'Office fédéral de l'environnement qui est impliqué dans 17 plateformes. Mais l'Eawag, présent dans 14 d'entre elles, est également l'un des membres les plus actifs.

Publication

Fischer M., Angst M., Maag S. (2017): Co-participation in the Swiss water forum network. International Journal of Water Resources Development
http://dx.doi.org/10.1080/07900627.2017.1374929

Plateformes de concertation

Créée par Andres Jordi