Détail de l'archive

Martin Wegelin fait don de la totalité de son prix

29 novembre 2012,

Il l’avait déjà laissé entendre en octobre, lorsque la Fondation J. E. Brandenberger l’avait désigné lauréat de l’année 2012. Le samedi 24 novembre, lors de la fête organisée à Coire pour la remise du prix, Martin Wegelin a confirmé qu’il mettait les 200'000 francs suisses du prix à disposition du Projet Sodis (150'000.-) et de l’organisation Terres des femmes (50'000.-).

La remise du prix qui s’est tenue dans la Salle du Grand Conseil des Grisons en présence d’environ 70 représentants du monde politique, économique et de la recherche a été accompagnée musicalement par l’Ensemble Quatro Colori de la Philharmonie de chambre des Grisons. Le discours de félicitations a été prononcé par Roland Schertenleib, supérieur direct de Martin Wegelin à l’Eawag depuis de nombreuses années. Le prix n’ayant pas été attribué au chercheur uniquement pour le célèbre projet Sodis, mais pour l’ensemble de sa carrière, Monsieur Schertenleib a retracé tout le parcours de Martin Wegelin. Ce faisant, il a mis l’accent sur ses recherches et l’introduction d’un filtre à gravier horizontal permettant de prénettoyer l’eau trouble avant de la traiter pour obtenir de l’eau potable. Selon Monsieur Schertenleib, il s’agit d’un travail révolutionnaire. Ce principe continue à être appliqué, y compris en Suisse – dans ce cas précis, pour enrichir l’eau souterraine. «C’est là un bel exemple montrant que l’aide au développement fonctionne aussi du Sud vers le Nord», a déclaré Monsieur Schertenleib.

 Martin Wegelin quant à lui a également opéré un lointain retour en arrière. Il a par exemple évoqué sa relation entremêlée d’amour et de haine avec les cailloux qu’il devait ramasser dans les vignes de son père, mais qui lui ont ensuite inspiré l’idée des filtres à gravier. Toutefois, le cœur de son discours a porté sur l’humanité. Au moment de quitter l’estrade, le lauréat a demandé aux personnes de l’auditoire comment elles allaient. Le silence s’est alors établi dans la salle. Cet homme ému qui venait de prendre la parole avait su toucher le public.
S’aider mutuellement, apporter son aide là où elle est la plus nécessaire et recueillir avec ses amis, au sein de la communauté, la chaleur et la satisfaction qui en découlent – tel a été le message central du discours de Martin Wegelin. Ce dernier a remercié tout particulièrement les nombreuses femmes à qui incombe souvent la tâche d’aller chercher de l’eau et qui, pour cette raison, s’engagent fortement dans des projets tels que Sodis, à l’instar d’Elsa Sanchez, directrice de la Fundacion Sodis en Bolivie.

Pour finir, l’ancien conseiller aux États Carlo Schmid-Sutter a tenu, à titre de Président du Conseil de la Fondation, à conclure la remise du prix par un appel enflammé à la promotion de la recherche appliquée. S’adressant à Fritz Schiesser, Président du Conseil des EPF et ancien collègue du Conseil des États, qui était également présent, Monsieur Schmid a souligné l’importance outre de mener des travaux de recherche hautement spécialisés sur les particules élémentaires, de rechercher des solutions adaptées à des problèmes humanitaires. «De ce point de vue, l’Eawag est aussi important et performant que le CERN» a conclu Schmid.

Créée par Andri Bryner