Détail de l'archive

Les politiques actuelles se concentreraient en effet le plus souvent sur la protection d'espèces rares et menacées comme le martin-pêcheur. Photo: plainpicture/NaturePL

Préserver les réseaux écologiques plutôt que les espèces isolées

23 août 2016,

Malgré les efforts considérables fournis, l'érosion mondiale de la biodiversité se poursuit. D'après ce que viennent de publier des biologistes de l'Eawag et de l'Université de Zurich dans le Journal of Applied Ecology, cet échec serait dû à un manque d'efficacité et de pertinence des mesures de conservation engagées. Les politiques actuelles se concentreraient en effet le plus souvent sur la protection d'espèces rares et menacées sans tenir compte de leur importance réelle pour l'écosystème et ses fonctions. Les scientifiques plaident donc pour une nouvelle approche qui viserait la préservation des réseaux écologiques importants dans un milieu donné. Autrement dit: l'important doit être, désormais, de protéger les interactions entre les espèces d'un écosystème qui permettent à ce dernier d'assurer ses fonctions. Dans leur article, les biologistes proposent également une feuille de route pour aboutir au changement de paradigme souhaitable.

Créée par Andres Jordi