Détail de l'archive

Depuis 25 ans, Ole Seehausen étudie la spéciation des cichlidés.

Ole Seehausen reçoit le « Kilham Memorial Award » de la Société Internationale de Limnologie

Le «Kilham Memorial Award» de la Société Internationale de Limnologie (SIL) a été décerné à Ole Seehausen, responsable du département Écologie et évolution des poissons de l'Eawag, à Kastanienbaum, et professeur d'écologie aquatique à l'université de Berne. La semaine passée, il a donné la Kilham Memorial Lecture lors du 33è Congrès de la SIL à Turin.

La Société Internationale de Limnologie se consacre à encourager dans le monde entier une meilleure compréhension des écosystèmes d'eau douce et à améliorer la gestion de ces habitats naturels essentiels. Le « Kilham Memorial Award » décerné par la SIL tous les trois ans, et doté de 1000 $, doit son nom à Peter Kilham, un ancien professeur de biologie à l'université du Michigan. Peter Kilham a consacré une grande partie de sa carrière à l'étude de l'écologie des lacs africains. Ce prix distingue des scientifiques innovants dans le domaine de la limnologie.

Le spécialiste de l'écologie évolutive Ole Seehausen mène principalement des recherches sur les différents processus évolutionnaires et les mécanismes écologiques qui sont à l'origine de la biodiversité, qui la maintiennent ou qui entraînent au contraire une perte de biodiversité. Il s'intéresse notamment à la question de savoir comment une meilleure compréhension de ces processus peut bénéficier à la protection de la nature. Il étudie depuis plus de 25 ans la spéciation fascinante des cichlidés et la disparition d'un grand nombre de ces espèces dans les lacs africains. Parallèlement, il s'intéresse à des processus similaires chez les poissons des lacs préalpins européens.

La diversité des espèces de poissons dans les lacs ne peut être générée que par l'évolution dans chacun de ces lacs

Ole Seehausen pendant sa Kilham Memorial Lecture au congrès de la SIL le 4 août 2016 à Turin.

Dans sa Kilham Memorial Lecture intitulée « Ecological isolation despite geographical connectedness : evolution-dependent species richness in large and deep lakes » donnée jeudi dernier, Ole Seehausen attire particulièrement l'attention sur le fait que la diversité singulière des espèces de poissons des lacs grands et profonds ne peut être que le résultat de l'évolution dans chacun de ces lacs. Cela vient du fait que le peuplement des lacs se fait presque toujours par des espèces de poissons de rivières. Ceux-ci ne sont en général pas adaptés à la vie dans l'eau libre et profonde des lacs. Mais la diversité encore jeune des espèces peut disparaître à nouveau très rapidement lorsque les habitats subissent des transformations, p. ex. en raison d'apports trop importants de nutriments dans les lacs. La manière dont la perte de cette diversité des espèces tout à fait spécifique à chaque lac influence le fonctionnement des écosystèmes lacustres est un domaine encore peu exploré.

Créée par Anne Dietzel