Détail

Le jaune, le noir et le gris rendent beaucoup de choses possibles

Pas de canard tigré ni de club de football - la formule "jaune-noir-gris" désigne plutôt la séparation des flux d'eaux usées à la source, c'est-à-dire aux toilettes, au lavabo ou à la douche. Cela ouvre de nouvelles possibilités et permet d'économiser des ressources. À l'occasion de la Journée mondiale des toilettes du 19 novembre, une série de fiches techniques de l'Eawag montre comment cela est possible.

Les eaux grises sont des eaux usées peu polluées, provenant par exemple de la douche. Elles peuvent être utilisées comme source de chaleur et, traitées sur place, par exemple pour l'arrosage ou la chasse d'eau. L'urine, l'eau jaune, contient en revanche de nombreuses substances nutritives, notamment du phosphore. Les réserves mondiales de ce dernier ne seront pas éternellement suffisantes et son extraction entraîne des dommages environnementaux dans les gisements et ailleurs. Quoi de plus naturel donc que de sauver les substances précieuses du "pipi" et de les utiliser pour produire de l'engrais ? Et pour finir, l'eau noire : il s'agit de l'eau de la chasse d'eau avec les excréments, que la plupart des gens préfèrent faire disparaître très rapidement. Chez nous, elle est donc diluée avec beaucoup d'eau propre et emportée dans le sous-sol, ailleurs elle est enfouie dans des fosses ou déversée dans la rivière la plus proche. Les matières fécales recèlent pourtant une grande quantité d'énergie ; nos ancêtres le savaient bien, eux qui utilisaient les bouses de vache pour se chauffer. Pourquoi donc ne pas utiliser ce procédé ancestral de manière moderne et produire des granulés combustibles hygiéniquement irréprochables à partir de ces boues fécales mal aimées ?
 

A l'occasion de la Journée mondiale des toilettes du 19 novembre 2022, l'Eawag a achevé une série de trois fiches d'information pratiques : une sur chacun des trois thèmes "séparation des urines" (2019), "eaux grises" (2021) et "eaux noires" (2022). Elles montrent les arguments en faveur d'une collecte et d'un traitement séparés des eaux grises, jaunes et noires, mais aussi les défis à relever pour ne pas créer de nouveaux problèmes.

Disponible en D, E et F dans les publications pour la pratique et sur le site web du projet Waterhub dans le bâtiment expérimental Nest.

Photo de couverture: Dans le Water Hub du bâtiment de recherche et d'innovation NEST de l'Empa et de l'Eawag, on distingue même, outre le jaune et le noir, le gris clair et le gris foncé. (Photo : Eawag)

Créée par Andri Bryner