Détail

Prélèvements dans la station d'épuration zurichoise de Werdhölzli  (Photo : Peter Penicka, Eawag)

Plus de cocaïne que jamais dans les eaux usées

7 mars 2018,

En 2017, 68 villes, pour la plupart européennes, ont à nouveau participé à une étude mondiale sur les concentrations de drogues dans les eaux usées. L'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDAA) a publié les résultats aujourd'hui. 

L'un d'entre eux est particulièrement frappant : les teneurs en benzoylecgonine, indicateur de la consommation de cocaïne, ont fortement augmenté dans presque toutes les villes ― en moyenne de 30% dans les 17 qui participent à l'étude depuis 2011. Cette augmentation est en adéquation avec d'autres études déduisant la consommation de cocaïne d'autres types de données, comme les résultats d'enquêtes lors des soirées ou les quantités saisies par la police.

Les villes suisses participantes, Berne, Bâle, Genève, Saint-Gall et Zurich, présentent des valeurs nettement supérieures à la moyenne et figurent en tête du classement européen avec Anvers, Amsterdam et Barcelone.

L'Eawag et l'université de Lausanne sont chargés des analyses et de l'interprétation des données pour la Suisse. Plutôt expérimentale à ses débuts en 2011, l'analyse des eaux usées est aujourd'hui une méthode bon marché appréciée en épidémiologie. Dans le cas de la cocaïne, les dosages ciblent la benzoylecgonine (BE), un de ses métabolites qui est excrété avec l'urine. Selon le même principe, la MDMA est utilisée pour suivre l'ecstasy et le THC-COOH pour le cannabis. Le groupe de recherche constitué à l'échelle européenne, SCORE, ne publiera cependant toujours pas les données sur la consommation de cannabis en 2018 car le TCH-COOH est très difficile à mesurer et les techniques d'échantillonnage et d'analyse ne sont pas encore suffisamment standardisées pour permettre les comparaisons.

Résultats de l'EMCDDA

Téléchargement sur score Monitoring

Créée par Andri Bryner