News archives

Failed to load

Prélèvements d’échantillons dans une station de pompage d’eaux souterraines du district de Gujrat, dans la province du Pendjab (Photo : Tasawar Khanam, Comsats)
23 août 2017

La présence d’arsenic dans les nappes phréatiques servant à l’alimentation en eau potable et à l’irrigation est susceptible de menacer la santé de 50 à 60 millions de Pakistanais. C’est ce que révèle une étude menée sous la direction de l’Eawag, qui paraît aujourd’hui, co-financée par la DDC. Les chercheurs ont analysé à cet effet les données provenant de 1200 échantillons d’eaux souterraines et développé un modèle informatique reposant sur des critères géologiques et hydrologiques.  En savoir plus

Solar Impulse démontre le potentiel des technologies innovantes. Pour les pays comme la Suisse, il est plus intéressant d'investir dans la recherche et développement dans le domaine photovoltaïque que de la production. Photo: Solar Impulse
26 juillet 2017

Les différentes branches de l'industrie ont besoin d'un contexte taillé sur mesure pour être porteuses d'innovation technologique. Les spécialistes des sciences sociales de l'Eawag ont élaboré un concept décrivant les moteurs significatifs de l'innovation et permettant par là même d'identifier les facteurs inhibiteurs et de développer des programmes d'encouragement spécifiques.  En savoir plus

Les chercheurs de l’Eawag avent les canalisations d’assainissement bien en main : Dans le Water Hub, ils développent des technologies pour le traitement des flux séparés des eaux usées. (Foto: Roman Keller)
24 juillet 2017

Une année s’est déjà écoulée depuis l’inauguration du NEST, le bâtiment de recherche, de l’Empa et de l’Eawag. Sur la plateforme de recherche Water Hub, les scientifiques de l’Eawag cherchent depuis lors de nouveaux modèles et méthodes de recyclage des eaux usées. Les essais de traitement et de recyclage des eaux grises ont commencé en juin. En savoir plus

19 juillet 2017

Le lac des Quatre-Cantons est un élément marquant de la Suisse centrale dont la diversité des paysages n'a d'égale que la richesse de la faune. Dans le cadre de l'étude nationale « Projet Lac », le peuplement pisciaire du lac a été recensé pour la première fois de façon quantitative et standardisée. Certains secrets sont alors remontés à la surface. En savoir plus

L’eau du Léman en surface le 1er juillet 2017 : tandis que Genève et la rive sud-ouest jusqu’à Nyon ont enregistré des températures inférieures à 10 degrés, les baigneurs ont profité de22 degrés à Évian (source : meteolakes.epfl.ch).
13 juillet 2017

Le vent qui balaie l’eau chaude du lac en surface fait remonter de l’eau beaucoup plus froide des profondeurs. En raison de ce phénomène, la température du Léman a récemment chuté à 8 degrés. Cet évènement de refroidissement a été prédit par un projet mené par l’Eawag et l’EPFL.  En savoir plus

Fieldwork on Lake Victoria
2 mai 2017

Dans le lac africain Victoria, le conflit s’exacerbe entre l’élevage piscicole dans des cages à poissons en filet et la pêche « normale ». En outre, les espèces invasives, les eaux résiduaires, les pesticides ou les constructions de barrages exercent une pression grandissante sur l’écosystème unique.  En savoir plus

Grafik: ENSI
19 avril 2017

La Société coopérative nationale pour le stockage de déchets radioactifs (Nagra) a proposé début 2015 deux sites pour des dépôts en couches géologiques profondes. En savoir plus

Fig. 1 : Un rickshaw haut-parleur au Bangladesh : un moyen pratique pour inciter la population à changer de comportement. (Photo : Eawag)
29 mars 2017

Il est bien connu qu'il est difficile de faire évoluer les habitudes et mentalités. Hans-Joachim Mosler du département de Sciences sociales de l'environnement de l'Eawag a développé une méthode qui favorise les changements de comportement. Il a maintenant créé une société de conseil qui suscite un fort intérêt, notamment chez les professionnels de la coopération au développement.  En savoir plus

Gestion des eaux urbaines 4.0 pour la journée de l'eau
22 mars 2017

L'avenir de la gestion des eaux urbaines est aussi notre avenir, c'est ce qu'ont déclaré sept doctorantes et doctorants de l'Eawag, qui ont décidé d'écrire un mémoire scientifique sur ce sujet.  En savoir plus

Fig.1 : La culture du maïs est très gourmande en eau. Selon le mode de calcul choisi, la part grise de l'empreinte hydrique varie cependant très fortement. (Photo : Okapia)
9 mars 2017

L'empreinte hydrique indique la quantité d'eau nécessaire à la fabrication des biens de consommation. Des chercheurs de l'Eawag révèlent que pour sa détermination, le mode de calcul de sa part dite grise doit être uniformisé. Par exemple, les différentes normes utilisées pour la qualité de l'eau rendent les comparaisons aujourd'hui difficiles. En savoir plus