Détail de l'archive

Revalorisation du Chriesbach de Dübendorf au profit de la nature et des loisirs

Après avoir été fortement canalisé durant le siècle écoulé, le Chriesbach de Dübendorf sera bientôt rendu à l'état naturel. La revitalisation devrait favoriser la diversité des animaux et des plantes. Mais les personnes en quête de détente apprécieront les bords du ruisseau ressuscité. L'Eawag profite du projet de réhabilitation pour intégrer de plus en plus son «ruisseau maison» dans l'enseignement et la recherche. 

Autrefois, le Chriesbach serpentait naturellement à travers la campagne avant de se jeter dans la Glatt à
Dübendorf. Il a souvent inondé les champs avoisinants. Dans le cadre des constructions d'autoroutes à la fin des années 1970, le Chriesbach a été abaissé et fortement canalisé. Depuis lors, il est devenu un canal monotone. Grâce au projet de revalorisation, il devrait retrouver une forme naturelle et une nouvelle vie – et ce, sans transiger sur la protection contre les crues.

Bancs et accès à l'eau

Le Chriesbach relie les habitats des animaux et des plantes le long de son cours avec ceux de la Glatt, la rivière dans laquelle il se jette. Il remplit ainsi une fonction importante de maillage écologique. La revalorisation du Chriesbach supprime les obstacles à la migration des poissons et permet l'émergence de nouveaux habitats diversifiés pour la vie aquatique. Mais le ruisseau sera également plus attrayant pour les gens en quête de détente – grâce aux bancs et aux accès à l'eau. En collaboration avec l'Eawag, l'institut de Recherche de l’Eau du Domaine des EPF a créé à Chriesbach où il a son siège un laboratoire à ciel ouvert, deux étangs et divers équipements de mesure pour la formation, la recherche et la vulgarisation.

Défrichages indispensables – Replantation après l'achèvement des travaux

Le Chriesbach sera revalorisé sur une longueur d'environ 900 mètres. Les travaux seront réalisés en deux étapes. La première étape, réalisée cet hiver, concernait le tronçon allant du pont Neugutstrasse jusqu'à sa confluence avec le Glatt. La seconde étape, en amont, s’étend du pont Kriesbachbrücke au nouveau pont du Glattalbahn. Elle débutera en mars avec les travaux de défrichage indispensables des berges bopisées existantes. Les grands arbres seront épargnés autant que possible. Puis les travaux proprement dits commenceront en avril et devraient être achevés d'ici la fin de l'année. Finalement, les rives seront replantées avec des arbustes et des arbres adaptés aux conditions locales.

Le projet de revalorisation de l'Office cantonal des déchets, de l'eau, de l'énergie et de l'air (AWEL) coûte environ 3,6 millions de francs. Le gouvernement fédéral, l'Eawag, la ville de Dübendorf, ainsi que le fonds «naturmade star» de l'ewz soutiennent le projet avec des contributions substantielles. 

En savoir plus

Des cours d'eau naturels – pour l’homme et la nature Plus de nature

Les paysages des cours d'eau et des fleuves naturels comptent parmi les habitats les plus riches en espèces de Suisse. La nature a besoin d'eaux de types variés, avec des profondeurs et des conditions d'écoulement différents et d’une végétation riche, telles qu'elles ont autrefois partout existé dans les campagnes. C'est uniquement là que peuvent survivre bon nombre de nos plantes et animaux indigènes, voir même se réimplanter.

Plus de sécurité contre les crues

Bien que les cours d'eau et les rivières semi-naturels n'aient pas forcément besoin d'un large lit pour s'écouler, ils ont dans l'ensemble plus d'espace disponible. Ils peuvent ainsi accueillir plus d'eau en cas de crue – ils sortent moins souvent de leur lit.

Plus de détente

Les hommes aiment se retrouver au bord de rivières et ruisseaux presque à l'état naturel, pour respirer et se reposer du stress de la vie quotidienne. Les paysages aquatiques sauvages invitent à se promener, se détendre, découvrir, observer et savourer la nature. Ils constituent des espaces de loisirs idéals pour petits et grands non loin des zones résidentielles.

Nappe phréatique propre, eau potable propre

Plus un cours d'eau semi-naturel est diversifié, mieux il peut dégrader les polluants organiques et donc s'auto-purifier. Dans les lits des cours d'eau et des rivières naturels, il y a plus d'eau qui s'infiltre dans le sol. Là, elle est filtrée, stockée dans des nappes phréatiques et nous fournit la précieuse eau potable.

Économies importantes

Les solutions techniques pour la prévention des inondations sont généralement coûteuses et nécessitent un entretien régulier. Beaucoup de ces coûts peuvent être réduits si le cours d'eau ou la rivière retrouve plus d'espace et que son lit est fait de manière naturelle. Sur le long terme, l'entretien des cours d'eau revitalisés revient même moins cher. Et la richesse croissante des plantes et des animaux indigènes constitue un atout inestimable pour les générations actuelles et futures.

Déjà revalorisée au cours des dernières semaines: l’embouchure du Chriesbach dans la Glatt avant et aujourd’hui

Créée par Andri Bryner