Actualités

27 février 2020

Les précipitations surviennent de manière très variable dans le temps et dans l’espace. Cette variabilité est exacerbée par le changement climatique, ce qui a des conséquences sur les systèmes de drainage urbain – y compris en Suisse. Comment précisément la performance de ces systèmes pourrait être affectée, tel était le sujet d’étude de la chercheuse de l’Eawag, Lauren Cook, dans le cadre de sa thèse à la Carnegie Mellon University de Pittsburgh, Pennsylvanie (USA).

En savoir plus
24 février 2020

La géochimiste Denise Mitrano a reçu cette année un SNSF Eccellenza Professorial Fellowship. Cette bourse lui permettra de créer son propre groupe de recherche en tant que professeur assistant à l’EPF Zurich.  Elle entend mettre cette chance à profit pour faire un pas supplémentaire vers son objectif de carrière, à savoir devenir professeure ordinaire.

En savoir plus
20 février 2020

Des métabolites du chlorothalonil, un fongicide, sont fréquemment détectés dans les eaux souterraines du Plateau suisse – y-compris celles qui servent de source d'eau potable. Cette contamination pose un réel défi aux services des eaux qui réagissent de manière très variable: certains prennent des mesures précipitées, d'autres préfèrent taire le problème… L'Eawag publie maintenant une fiche d'information pour dépassionner le débat et favoriser les solutions durables.

En savoir plus
17 février 2020

L’Eawag et sa spin-off Vuna ont rendu mobile la production d’engrais à base d’urine. Aujourd’hui, l’UrinExpress est présenté à Bienne, dans un lieu très spécial : juste à côté du premier terrain de tennis sur gazon ouvert au public en Suisse. Celui-ci sera fertilisé à l’avenir avec de l’engrais à base d’urine.

En savoir plus
10 février 2020

On sait certes que les communautés microbiennes sont essentielles à la survie de notre planète. Mais on sait étonnamment peu de choses sur leur mode de fonctionnement. Grâce à leur nouvelle méthode, les chercheurs de l’Institut de recherche sur les eaux Eawag apportent un peu de lumière dans l’obscurité: une nouvelle méthode qui vous permet d’observer les interactions entre des micro-organismes.

En savoir plus
4 février 2020

L'hexachlorobenzène est interdit d'utilisation depuis 2004. Toutefois, ce fongicide est chimiquement stable et s'accumule dans les régions polaires où les baleines à bosse, notamment, reconstituent leurs réserves de graisses. Des essais menés à l'Eawag avec une lignée cellulaire de baleine à bosse montrent maintenant que l'hexachlorobenzène n'est pas d'une toxicité aiguë mais qu'il peut endommager le patrimoine génétique des cellules.

En savoir plus
27 janvier 2020

«Innovation et succès – les start-up et les spin-off du Domaine des EPF», telle était la devise sous laquelle l’Eawag s’est présentée au World Economic Forum de Davos de cette année.

En savoir plus
21 janvier 2020

A l'Eawag, nous sommes particulièrement fiers de la composition internationale de notre personnel. Dübendorf et Kastanienbaum accueillent des chercheurs, des techniciens, des administrateurs et des stagiaires de plus de 40 nations différentes. Nous présentons cette diversité de cultures, de langues et de pays à notre site à Kastanienbaum.

En savoir plus
12 décembre 2019

Les produits phytosanitaires présents dans les sédiments des ruisseaux ont un impact sur les organismes qui y vivent. Un monitoring effectué par le Centre Ecotox et l’Eawag dans cinq ruisseaux de régions agricoles a révélé que les microcrustacés étaient le plus touchés. Les concentrations de plusieurs insecticides, dont le chlorpyrifos et divers pyréthrinoïdes, dépassaient les seuils d'effets toxiques, de sorte que la qualité des sédiments était affectée.

En savoir plus
5 décembre 2019

Dans les lacs d’Afrique orientale vivent notamment un grand nombre d’espèces différentes de cichlidés. Cette diversité s’est développée entre autres grâce aux hybrides qui ont réussi à conquérir de nouvelles niches écologiques dans leurs habitats. C’est ce qu’ont découvert des scientifiques de l’Institut de Recherche de l’Eau de l’Eawag et de l’université de Berne.

En savoir plus
2 décembre 2019

Les invertébrés du fond des rivières sont sous étroite surveillance, car ils servent d'indicateur pour l'évaluation de l'état écologique des cours d'eau. Une nouvelle étude à l'échelle nationale menée par L'Institut de recherche de l'eau Eawag révèle quelles sont les espèces les plus significatives et comment le monitoring et la gestion des eaux peuvent être constamment améliorés.

En savoir plus
19 novembre 2019

C'est la Journée mondiale des toilettes aujourd'hui. Ce qui peut paraître curieux vise à attirer l'attention sur un problème sérieux. Parce-que dans le monde, une personne sur trois n'a pas accès à des installations sanitaires dignes de ce nom. À travers le système « Blue Diversion Autarky », des chercheuses et chercheurs ont créé des toilettes qui fonctionnent sans être raccordées à un réseau d'adduction ou d'évacuation des eaux et qui permettent même de récupérer les matières valorisables contenues dans les eaux usées.

En savoir plus
18 novembre 2019

L’EPF Zurich a décerné à Stefan Achermann le prix Otto Jaag pour la protection des eaux pour sa thèse intitulée «Exploring linkages between micropollutant biotransformation reactions and microbial community characteristics in activated sludge». Ce prix récompense des thèses de doctorat et travaux de master de l’EPF Zurich dans le domaine de la protection des eaux et des sciences aquatiques. Dans sa thèse, Stefan Achermann a combiné des méthodes de chimie analytique à des techniques de biologie moléculaire afin d’étudier les réactions de décomposition des micropolluants dans des stations d’épuration.

En savoir plus
13 novembre 2019

Dans les lacs et les rivières du Groenland vivent sans doute des centaines d’espèce d’ombles chevaliers. C’est ce que présume une équipe de l’Institut de Recherche de l’Eau de l’Eawag et de l’université de Berne, qui a découvert dans le bassin versant du fleuve Equalit la plus grande diversité d’espèces d’ombles chevaliers lacustres connue à ce jour.

En savoir plus
4 novembre 2019

Les analyses, qui permettent depuis peu de mesurer les pyréthrinoïdes et les organophosphorés à très faible concentration, montrent que le risque émanant de ces insecticides pour les organismes aquatiques peut surpasser celui dû à tous les autres produits phytosanitaires.

En savoir plus